FR - NL - DE - EN
Profil de la zone (description, localisation, ...)
Qualité pour l'année en cours
Historique de la qualité
   


Réglementation en vigueur

Les eaux de baignade en milieu naturel sont soumises aux dispositions de la Directive européenne 2006/7/CE du 15 février 2006 relative à la gestion de la qualité des eaux de baignade.

Cette directive remplace l'ensemble des dispositions prévues par la directive précédente (Directive 76/160/CEE du 8 décembre 1975). Elle a repris les obligations de la directive de 1976 en les renforçant et en les modernisant. Les évolutions apportées concernent notamment la méthode utilisée pour évaluer la qualité des eaux et l'information du public.

La directive 2006/7/CE renforce également le principe de gestion des eaux de baignade en introduisant un « Profil » des eaux de baignade. Ce profil correspond à une identification et à une étude des sources de pollutions pouvant affecter la qualité de l'eau de baignade et présenter un risque pour la santé des baigneurs. Il permet de mieux gérer, de manière préventive, les contaminations éventuelles du site de baignade.

L'entrée en application de la directive remonte au 31 décembre 2014. Sa révision est prévue au plus tard en 2020, sur la base des résultats d'études épidémiologiques, de recommandations de l'OMS, des progrès scientifiques et des observations des Etats membres de l'Union européenne.

La directive 2006/7/CE a été transposée en droit régional par l'AGW du 14 mars 2008 modifiant le Livre II du Code de l'Environnement contenant le Code de l'Eau et relatif à la qualité des eaux de baignade (articles D.156 à D.158, articles R.106 et suivants, annexes III, IX et XV).


[Retour au sommaire]

Eaux de baignade vs Zones de baignade

La définition d'une « eau de baignade » est donnée par l'article 1-3 de la directive : il s'agit d'une eau de surface dans laquelle l'autorité compétente s'attend à ce qu'un grand nombre de personnes se baignent et dans laquelle elle n'a pas interdit ou déconseillé la baignade de façon permanente. Le Code de l'Eau (article R.90-3°) précise par ailleurs que la baignade doit y être expressément autorisée.

Une « zone de baignade » est l'endroit où se situe l'eau de baignade, selon le Code de l'Eau (article R.90-25°). La liste des zones est reprise à l'annexe IX- point a du Code de l'Eau (voir onglet du haut - Liste des zones).

La Wallonie a désigné officiellement 33 zones de baignade (AGW du 25/10/1990, 18/07/2002, 24/07/2003, 27/05/2004, 29/06/2006, 14/03/2008, 12/07/2012 et 13/03/2014).

Avant chaque saison balnéaire, le Ministre de l'Environnement prend un arrêté afin de désigner parmi les zones officielles celles qui seront autorisées à la baignade. Les zones qui n'auraient pas été conformes à la directive durant 5 années consécutives seront interdites à la baignade pour l'entièreté de la saison - et ce conformément à l'article 5, point 4-b de la directive (voir copie de l'arrêté plus bas - dans Publications).


[Retour au sommaire]

Durée de la saison balnéaire

En Wallonie, la saison balnéaire, fixée par l'AGW du 14 mars 2008, s'étend du 15 juin au 15 septembre.


[Retour au sommaire]

Réseau de surveillance

La Direction des Eaux de surface de la DGARNE organise le contrôle de la qualité des eaux de baignade au cours de la saison balnéaire. Les prélèvements et analyses sont réalisés par un laboratoire accrédité pour les analyses demandées, choisi suite à un appel d'offre européen.

La période de suivi couvre l'ensemble de la saison balnéaire. La réglementation régionale prévoit la réalisation d'un prélèvement avant l'ouverture de la saison, puis des prélèvements, selon une fréquence minimale bimensuelle durant toute la saison balnéaire (remarque : la directive est moins sévère avec l'imposition d'une fréquence minimale mensuelle).

En pratique, le calendrier de suivi est revu chaque année en fonction des spécificités des zones. La fréquence des contrôles est adaptée à chaque eau de baignade (hebdomadaire ou bimensuelle).


[Retour au sommaire]

Paramètres analysés

Depuis la saison balnéaire 2010, les normes de la directive 2006/7/CE, transposées à l'annexe XV du Code de l'Eau, sont d'application.

Depuis lors, la qualité des eaux de baignade est évaluée au moyen de germes (bactéries) témoins de contamination fécale : les Escherichia coli et les entérocoques intestinaux. Ces micro-organismes sont normalement présents dans la flore intestinale des mammifères, et de l'homme en particulier. Leur présence dans l'eau témoigne de la contamination fécale des eaux de baignade, plus ou moins forte en fonction des concentrations relevées. Ils constituent ainsi un indicateur du niveau de pollution et traduisent la probabilité de présence de germes pathogènes.

Le contrôle sanitaire inclut également une surveillance visuelle destinée à détecter la présence par exemple de résidus goudronneux, de verre, de plastique ou d'autres déchets.

En outre, le suivi des cyanobactéries est réalisé sur les zones de baignade de type lac et étang depuis 2011 (évaluation visuelle et mesures en laboratoire). Certaines cyanobactéries sont susceptibles de libérer des toxines dans l'eau. Les analyses en laboratoire comprennent la quantification de la chlorophylle-a (pour déterminer la biomasse algale), l'identification des espèces de cyanobactéries (microscopie optique), la quantification des toxines (de type microcystines).

Les résultats bactériologiques des surveillances pour l'année en cours sont disponibles après achèvement des analyses, via l'onglet Zone (avoir sélectionné au préalable la zone souhaitée, en cliquant sur le point localisant la zone au niveau de la carte, ou bien en cliquant sur le code correspondant dans la liste des zones).

Un historique des données bactériologiques par zone et par année est également accessible via l'onglet Zone.


[Retour au sommaire]

Interdictions temporaires de baignade

Au cours de la saison balnéaire, certaines zones sont fermées temporairement pour cause de contamination bactérienne de l'eau ou de prolifération de cyanobactéries.

Pollution bactérienne

En cas de dépassement des normes, la zone est considérée comme impropre à la baignade.

La DGARNE invite le Bourgmestre concerné à prendre les mesures d'interdiction qui s'imposent.

Un suivi renforcé da la zone est réalisé avec une reprise d'échantillon dans les 72 heures qui suivent.

Consulter la carte des indices de qualité pour connaître les résultats des dernières analyses.

Prolifération de cyanobactéries

Si de l'écume ou de la mousse de cyanobactéries est présente à la surface de l'eau, la baignade est immédiatement interdite, car cette situation présente un danger avéré pour la santé humaine.

Sur base des résultats en laboratoire, différents niveaux d'alerte peuvent être enclenchés. Les seuils acceptables en cyanobactéries et en toxines se basent sur les recommandations de l'OMS.

La DGARNE informe la commune d'une alerte aux cyanobactéries. Dans le cas des zones à risque, il est demandé au gestionnaire d'effectuer un suivi visuel quotidien afin de prévenir le risque.

La DGARNE a édité en 2011 un dépliant d'information sur les cyanobactéries (voir plus bas - dans Publications).

Les résultats liés aux cyanobactéries ne figurent pas sur le site. Néanmoins, en cas d'interdiction temporaire de baignade pour cause de cyanobactéries, la carte des indices de qualité présentera la zone de baignade comme étant interdite (en rouge).


[Retour au sommaire]

Classement des eaux de baignade

L'évaluation et le classement des eaux de baignade sont réalisés au terme de la saison balnéaire, en utilisant les résultats d'analyse des paramètres bactériologiques (Escherichia coli et entérocoques intestinaux) obtenus sur les quatre dernières années.

La conformité des eaux de baignade se décline en 4 classes de qualité (excellente, bonne, suffisante et insuffisante), et se fonde sur l'évaluation du percentile de la fonction normale de densité de probabilité log10 des données bactériologiques.

Les limites des seuils de qualité des eaux de baignade sont reprises dans le tableau suivant (conformément à l'annexe I de la directive).

Paramètres Limites de qualité excellente Limites de bonne qualité Limites de qualité suffisante
Entérocoques intestinaux
(UFC/100 ml)
<= 200 (*) <= 400 (*) <= 330 (**)
Escherichia coli
(UFC/100 ml)
<= 500 (*) <= 1000 (*) <= 900 (**)
(*) Evaluation au 95ème percentile
(**) Evaluation au 90ème percentile
Limites des différents seuils de qualité des eaux de baignade


Par ailleurs, un minimum de 16 prélèvements et le respect de règles précises en matière d'échantillonnage sont requis afin de pouvoir classer une eau de baignade.

Cette méthode d'évaluation de la qualité prévue par la directive 2006/7/CE est entrée en vigueur en Wallonie depuis 2010.

Dans l'onglet carte des zones, consulter la carte du classement des eaux de baignade par année.

[Retour au sommaire]

Profils de baignade

Les premiers profils ont été finalisés en octobre 2011 et sont actualisés selon la fréquence imposée par la directive (tous les 2 ans, 3 ans ou 4 ans selon que la qualité de l'eau de baignade est insuffisante, suffisante ou bonne).

Les profils sont téléchargeables sur le site en format PDF (via l'onglet Zone).

Pour rappel, l'objectif principal des profils est d'inventorier les sources de pollution en amont, d'éclaircir les causes de contamination et de fournir des pistes d'amélioration de la qualité de l'eau.

En outre, des rapports ou études complémentaires aux profils sont également disponibles (voir plus bas - dans Publications).


[Retour au sommaire]

Où s'informer ?

L'information concernant la qualité des eaux de baignade peut être obtenue auprès des administrations communales concernées.

En outre, il est possible d'adresser des observations relatives à la gestion de la qualité des eaux de baignade à la Direction générale opérationnelle Agriculture, Ressources naturelles et Environnement (voir « Contacts »). Il sera tenu compte des observations pertinentes reçues dans la rédaction du rapport annuel, rapport que le Gouvernement prend en considération dans l'élaboration de sa politique en matière de gestion de la qualité des eaux de baignade.


[Retour au sommaire]

Recommandations

Risque de noyade

En rivière comme en lac, le risque de noyade existe.

Il faut être prudent :

  • la plupart des zones de baignade en Wallonie ne sont pas surveillées ;
  • certains cours d'eau présentent un courant important, ou un fond inégal (trous, pierres) ;
  • il ne faut jamais laisser les enfants entrer seuls dans l'eau, il faut les accompagner ;
  • il ne pas surestimer ses capacités physiques ;
  • dans les 2 heures qui suivent un repas copieux ou une consommation d'alcool, il faut éviter la baignade ;
  • afin d'éviter l'hydrocution, il faut entrer progressivement dans l'eau, surtout après une exposition prolongée au soleil.


[Retour au sommaire]

Publications

Publication

Information